Madé Yann
madé.jpg
couv micro.jpg

Né en 1966, passionné de BD depuis l'adolescence et l'initiative "rock et BD" au début des années 80.
Après un passage éclair à l'École d'Art de Luminy - où il découvre que la BD n'est pas considérée comme un art - il s'oriente plutôt vers l'animation socio-culturelle, secteur qui lui permet de mener des ateliers de bande dessinée auprès de divers publics.
Co-fondateur du Fanzine "Kérozéne, le zarmagazine", avec lequel il participe de 1993 à 2005 à divers festivals et manifestations, et duquel sont issus des auteurs du Zarmatelier de Marseille.
Après plusieurs projets avortés chez Delcourt et Soleil, il passe son DAEU (diplôme d'accès aux études universitaires) en 2003, et se lance dans des études d'arts plastiques à l'Université d'Aix-en-Provence, où la BD est alors reconnue comme un art, mais le 9e...
Il est aujourd'hui titulaire d'une licence en Arts plastiques, a préparé le Capes et l'agrégation à l'IUFM, qu'il a raté, mais a découvert la didactique appliquée à une matière, et décidé de revenir à la BD, participé à diverses formations organisées par la Cité internationale de la BD et de l'image d'Angoulème.
C'est ce parcours qui le fait se qualifier lui-même de "plasticien stripologue".
Il a produit 3 albums auto-édités : "Encore raté, titre provisoire", "Faire danser le golem" et " De la sympathie pour les débiles", ouvrages prétextes à une réflexion sur cet "art invisible", la BD...
En janvier 2016 il publie à la Boîte à Bulles une réaction dessinée aux attentats dit "de Charlie Hebdo" : "Cher Moktar", préfacée par Magyd Cherfi. Puis en 2017 "Farces romaines", adaptation de pièces de théâtre, aux éditions Le bateau ivre.